Sa tête commence déjà à bourdonner. Il n’est que quinze heure pourtant, d’habitude il arrive à tenir une heure de plus. Ce n’est pas grave, il a appris qu’il était inutile d’essayer de se forcer à rester dehors. Il n’arrivera pas à travailler beaucoup plus. Il sait qu’il risque de se rendre malade s’il s’obstine.

C’est tout de même frustrant car il y a tant à faire ici. Certains arrivent à passer la journée dehors sans aucun problème. Il se sent un peu honteux de ne pas être capable d’en faire de même. On lui a dit et répéter que tout cela n’était pas de sa faute, c’est une question de constitution apparemment.

Doucement, il finit de mettre en terre la plante dont il était en train de s’occuper. Il range ses outils un a un dans leur étui en tissu. Avant de partir, il regarde le résultat de leur travail de la journée. Il a pu faire un peu plus d’une rangée. Il ressent de la fierté à voir le champ prendre forme.

C’est la première fois qu’il fait ce type de travail. L’expérience est étrange pour Patrice. S’il trouve cela calme et relaxant, il doit bien avouer que c’est également très frustrant de se dire qu’il ne verra pas le résultat de son travail avant plusieurs années.

Ils ont eu de la chance quand ils sont enfin arrivés ici. L’atmosphère était respirable. Il fallait faire abstraction de cette odeur permanente d’œufs pourris, une conséquence de la grande quantité de souffre dans l’air. Il fallait aussi faire abstraction des maux de têtes qui l’affectai, lui et beaucoup d’autre après quelques heures à l’air libre. Il avait oublié le nom des particules qui étaient responsables de ce problème mais on lui a certifié qu’elles n’étaient pas dangereuses pour la santé.

N’ayant pas d’autres compétences utiles pour la colonie, il a été affecté à la section agricole. L’objectif était double ici. En premier lieu, il leur faut produire assez de nourriture pour pouvoir être autosuffisant. Ils ont des réserves dans l’habitacle mais le plus tôt ils pourront s’en passer le mieux cela sera. Le second objectif est à plus long terme. Il s’agit de rendre l’atmosphère de la planète un peu plus agréable pour leur vie de tous les jours.