Les étoiles étaient belles. En ville, on ne peut pas les voir aussi bien. Ici, alors qu’ils étaient dans un coin perdu, ils étaient émerveillés par leur nombre et leur éclat.

Nous étions vendredi soir. Après le travail ils s’étaient jetés dans leur voiture avec quelques affaires pour un long week-end en amoureux, loin de la grande ville. Ils avaient prêt de cinq cent kilomètres à parcourir pour rejoindre leur destination. Ils avaient décidés de faire une bonne moitié de la route le vendredi et de dormir dans une auberge en chemin.

Le plus long aura été de quitter la ville. Les grands axes étaient tous bouchés avec tous ceux qui, comme eux, voulaient s’évader pendant quelques jours. C’est un peu comme si la ville refusait de les laisser partir, qu’elle se révoltait contre cette exode massive.

Finalement après deux heures à rouler au ralenti, ils ont pu goûter à la liberté. Ils avaient décidé de la destination en cherchant un endroit moins fréquenté. Ils se sont vite retrouvés sur une route presque déserte. Si la nuit n’était pas tombée si vite, ils auraient pu profiter d’un paysage magnifique. Ils étaient entourés de montagnes d’une part et de l’océan d’autre part.

Trouver leur auberge n’a pas été une mince affaire. De nuit, sans couverture cellulaire et avec peu d’indications, ils auraient presque regretté que la route soit aussi déserte.